85% des plantes comestibles dépendent du travail des pollinisateurs : abeilles, papillons, bourdons,… Ils sont essentiels pour la biodiversité, nos cultures agricoles et donc, pour la qualité de notre alimentation. Pourtant, la population de pollinisateurs est en constant déclin. Les causes sont multiples : pesticides, perte ou dégradation des habitats, présence de parasites ou de prédateurs invasifs…

 

Pour sensibiliser le grand public à l’importance de protéger ces insectes indispensables à la survie de l’espèce humaine, l’asbl Adalia 2.0 coordonne la « Quinzaine des Abeilles et des Pollinisateurs », une campagne lancée et subventionnée par la Région Wallonne depuis 2017.  

 

quinzaine des abeilles

 

La « Quinzaine des Abeilles et des Pollinisateurs » invite des acteurs (communes, écoles, citoyens, associations) à inscrire les événements qu'ils organisent en faveur des pollinisateurs et de la biodiversité sur le site internet de la campagne. Chaque année, c'est une centaine d'activités qui sont ainsi proposées au public durant le mois de mai par ces acteurs, partout en Wallonie. 

Au programme : visites de jardins, de ruchers, conférences, projections de films, dégustations, expositions, balades, ateliers, spectacles... De nombreuses activités de sensibilisation qui permettent au public de (re)découvrir le rôle fascinant et fondamental pour le bien-être de notre survie de nos insectes pollinisateurs

L’occasion pour le public d’adopter des habitudes « bee friendly » pour protéger la biodiversité au quotidien dans son jardin. L’objectif est également d’attirer l’attention sur l’apiculture durable et la diversité des espèces.

 

Cette initiative vise à faire découvrir le monde de ces petits insectes et en expliquer leurs rôles et leur importance tant pour l’espèce humaine que pour l’environnement et la biodiversité.

 

Accueillir les pollinisateurs chez soi, c’est d’une importance capitale pour la biodiversité.

Pour Céline Tellier, Ministre wallonne de l’Environnement et de la Nature, la tendance positive observée actuellement montre combien limiter l’usage des pesticides et favoriser la biodiversité dans son jardin peut avoir un impact sur le retour des pollinisateurs : « Nous avons besoin des pollinisateurs dont le rôle est capital pour assurer la fécondité de nos plantes. Tout notre système alimentaire en dépend. Des gestes comme cultiver de manière plus naturelle ou laisser plus de place aux fleurs ont un effet bénéfique sur les insectes pollinisateurs, sur nos plantes et finalement sur notre survie. La santé de l’homme et de la planète dépendent l’une de l’autre. J’invite un maximum de personnes à montrer que l’on peut agir à son échelle, quelques soient ses compétences, ses motivations ou l’espace disponible ! »